AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

HELL YEAAAHHHH
Bon, les enfants ont fini de jouer et ont été punis.
Bon retour sur votre forum ♥️

Boss

Partagez | 
 

 Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.

Aller en bas 
AuteurMessage
Jules D. Gainsbourg
P E R S O N N E L An adult in university

avatar

✎ DC : Elvis Niels Erichsen
✎ BLABLA : 44

MessageSujet: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 1:02




JulesDylanGainsbourg





Hello ! Je me présente : Jules Dylan Gainsbourg. Je suis née le 29 février 1984 et je viens de Paris, quelque part en France, ce qui me fait aujourd'hui 27 ans. Côté coeur, je suis séparée et attirée par tout ce qui m'attire des ennuis. D'ailleurs, on dit de moi que je suis une personne plutôt instable de ce côté-ci. Pour en finir avec cette introduction, sachez que je fais partie du personnel et que je suis un personnage inventé.


dossier d'étudiant



TAILLE EN CM:POIDS EN KG:
ÉTUDES:ANNÉE:
MALADIE:JOB:
NIVEAU DE VIE:COMPLEXE:
STYLE (vestimentaire):POPULARITÉ: ★★★★★





Des soucis avec ta famille ?

Vous ne pouvez pas aimer une famille qui ne vous a causé que du chagrin. J’ai souffert toute mon enfance d’être juive, et c’est de leur faute. Lorsque j’ai eu besoin d’une main tendue, ils n’ont pas répondu à l’appel. Alors ma famille se résume à mon fils de 3 ans, Eliott.

Ton caractère

Ce qui m’a toujours animé dans la vie, c’est la passion. Dès lors que j’avais trouvé ma voie, je n’ai pu renoncer à ponctuer mon quotidien par la photographie. La passion me ronge. Perfectionniste, incapable d’abandonner un projet tant qu’il n’est pas irréprochable. J’ai ce caractère léger, de celles qui ne connaissent pas la jalousie. Je me refuse d’être exclusif à une seule personne, alors oui, je suis une épicurienne libre. Je suis fière, franche, et têtue. Une grande gueule, parce que j’en ai eu marre qu’on me marche sur les pieds. J’estime être quelqu’un de brave, après avoir survécu aux claques de ma vie. Alors oui, je me suis peut-être endurcie au fil des années. Oui, je suis un peu silencieuse et taciturne, mais vivez avec un gamin sourd et nous en reparlerons. Oui, je suis devenue sarcastique, bien souvent froide et blasée. Petite statue de glace, les sentiments rebondissent sur son égo. Une artiste capricieuse. Mais ça ne m’empêche pas d’être la femme la plus maternelle lorsqu’il s’agit de mon fils. Je manie l’audace avec élégance, la spontanéité et le naturel font mon charme.



vous irl

pseudo: Appelle-moi Zeus pingu
âge: 18, bientôt 19 :ah:
fille [X] ou garçon [ ]
fréquence de connexion: 5/7
où avez-vous trouvé le forum: La lumière fut.
avatar: Mélanie Laurent :heart:
est-ce un multi-compte?: Oui, d'Elvis Niels Erichsen (:
commentaire: Devenez Oméga ou je vous frappe D:
code du règlement:
Spoiler:
 
Petit formulaire à remplir pour nous aider:
Code:
[color=red]❖[/color] Mélanie Laurent • Jules D. Gainsbourg





© MISE EN PAGE PAR [K]



Dernière édition par Jules D. Gainsbourg le Jeu 22 Déc - 21:32, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fraternities.forumperso.com/t656-jules-d-gainsbourg-il-pa http://fraternities.forumperso.com/t673-jules-gainsbourg-uc
Jules D. Gainsbourg
P E R S O N N E L An adult in university

avatar

✎ DC : Elvis Niels Erichsen
✎ BLABLA : 44

MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 1:02



ton histoire

«I don't really believe that it's going to work and then I make sure it doens’t work.»

Clinique de Vinci, Paris, le 16 mai. Les hurlements résonnent dans une salle stérile d’accouchement, la femme est à bout de souffle. L’accomplissement de neuf mois de contraintes. Pas une goutte l’alcool, pas une cigarette à la pause-café. Juste des fraises, des nausées et des sauts d’humeurs qui accompagnent les journées. Tout ça, terminé. Plus qu’une douleur à en mourir, et tout redeviendra normal. Trois heures et quarante-deux minutes de travail pour enfin y voir un résultat. Le nouveau-né montre le bout de sa tête et après quelques débâcles, le cordon ombilical est incisé. Essoufflé par le chemin qu’il vient à peine de commencer, le nourrisson pousse son premier cri. Son corps froid, tout tremblotant, est affectueusement déposé contre la poitrine de sa génitrice en pleurs. La progéniture a été diagnostiquée sourd de naissance, loin d’être désirée, elle s’impose comme un fardeau à sa mère. Sa mère, une petite blonde de 24 ans à peine, toute droite sortie de l’enfance, qui ne comprend toujours pas ce qu’elle a fait pour mériter ça. Le médecin s’approche d’elle, le sourire ingénu. « Vous lui avez donné un prénom ? ». Quelques secondes se sont écoulées dans le vacarme de la pièce avant que l’intéressée ne daigne répondre, absente. « Eliott. ». La sage-femme récupère l’enfant pour le confier au service pédiatrie et saisi le brancard pour accompagner la procréatrice dans une chambre individuelle se reposer.

Je me suis toujours demandée comment j’avais pu en arriver là. Moi, mère d’un gosse alors que j’étais prédestinée à vivre dans la débauche. Je me voyais déjà, photographe de renom, alcoolique de mon succès, aux pieds des hommes. Je m’appelle Jules, mère d’un gosse, Eliott.

«Can’t you see it’s hard for me to say no but I want to say yes.»

Galerie d’art Blumann, Paris. « Votre travail est spectaculaire. ». La jeune femme acquiesce d’un mouvement positif de la tête. Elle n’écoute même pas ce que le doyen de son université lui confesse, bien trop obnubilée par le professeur de littérature présent ce soir-là. Elle se contente de serrer des mains, de saluer par politesse. Jules, dernière année d’un Master en Photographie est totalement excitée par sa première exposition. A ce moment précis, la vie lui réussit particulièrement. Tout le gratin de bobos-artistes a été convié pour admirer les clichés signés J. Gainsbourg et en redemandent. C’est un triomphe. Glorieuse de son succès, elle s’approche de l’enseignant convoité, et confiante, elle lui adresse la parole pour la première fois. Ces deux-là étaient prédestinés à se rencontrer. Histoire d’amour digne d’un scénario hollywoodien. Elle, élève charmée, lui, professeur respecté. Leurs seuls contacts se résumaient à de simples regards aux croisements d’un couloir ou d’une cafétéria. Mais ce soir-là, c’était l’occasion de toute une vie. « Bonsoir. », une voix suave, un trentenaire charmant : James, londonien d’origine a tout pour plaire. Dans son costume trois pièces spécialement revêtit pour l’occasion, il fait fondre le cœur de toutes les ménagères sur son passage. Jules à vingt-trois ans est encore inconsciente de ce qu’il va lui arriver. Ils ne pouvaient pas le deviner, ce bonsoir-là, c’était le début d’un grand foutoir.

Tout à commencer quinze ans plus tôt. Jules, héroïne des temps modernes n’a rien à envier de Bridget Jones. Son enfance, elle la maudit. A l’école primaire, la petite n’a pas un succès fou. Juive, timide, excentrique, un mélange caustique. A la veille des vacances de juillet, elle ne dit pas au revoir à ses camarades parce qu’elle sait qu’elle ne leur manquera pas. Les seuls instants où ils lui adressent la parole, c’est quand ils lui rabâchent des remarques antisémites ou pour copier le dernier devoir maison de mathématiques. Jules est seule et solitaire. Elle fait sa première rencontre avec un appareil photo au lycée. Et puis son premier amant. Une histoire à l’eau de rose, des sentiments à fleurs de peau, ça ne l’intéresse pas alors elle décide d’y mettre un terme. « J’te quitte. ». Ca a claqué dans l’air.
Quelques mois plus tard, elle rentre dans la grande école dont elle a toujours rêvée. Cursus en Photographie, Jules est une élève prometteuse. Petit à petit, elle comprend que l’Amour, ça n’est pas fait pour elle. L’université, c’est l’occasion de tout recommencer à zéro. Alors elle change. Elle devient la fille extravertie, qu’on invite à toutes les soirées. Elle s'y découvre une nouvelle passion : drogue, alcool et les nuits sans lendemain. Ça commence avec un puis deux, puis trois, puis quatorze et ça continue. Elle ne rappelle plus ses conquêtes, et quand par malheur l’un d’eux s’attache, ça claque dans l’air. « J’te quitte. ». C’est plus simple comme ça, et elle se sent aimée. Petite revanche contre la vie, fini la Jules collégienne qui se laissait marcher sur les pieds. C’est l’apogée de la grande gueule.

Mais voilà, nous sommes le 14 décembre 2007, galerie d’art Blumann à Paris, et son regard s’est posé sur le mauvais homme.

« You and me, we’re a waste and we’re going down the drain. »



Cette nuit-là, je suis rentrée chez moi accompagnée de James. Nous avons bu, nous avons discutés, et nous avons fini la nuit ensemble. Et puis je n’ai plus eu de nouvelles de lui, jusqu’au mois suivant.
« Donne-moi ce test de grossesse, Marie. ». J’avais rejoint Marie dans les toilettes d’un centre commercial après être passée dans une pharmacie. Le rituel classique. J’ai passé les mains dans mes cheveux, je me suis rongé les ongles, anxieuse du résultat. Les trois minutes les plus longues de ma vie. Elle m’a regardé d’un air inquiet et désolé avant de me tendre le bâtonnet. « Positif. ». J’ai vérifié à mon tour, le + bleue s’affichait définitivement sur l’écran digital du test. J’avais fait la pire connerie de ma vie, le soir du 14 décembre. Je me suis écroulée sur le sol poisseux des WC et j’ai fondu en larmes. Marie m’a prise dans ses bras, elle m’a réconforté, et j’ai dû téléphoner à James.

« --- James. --- Jules ? --- Je suis enceinte. --- »

J’ai raccroché, et trois jours plus tard nous nous sommes retrouvés près d’une clinique. Je me souviens parfaitement de la consultation. J’étais allongée, le docteur en face de moi, qui discutait avec James. Moi, les yeux gonflés de mes précédents pleurs, impuissante face à la situation.
« Votre compagne est trop fragile. Envisager l’avortement causerait une stérilité certaine. »
Ca a fait le tour de ma tête, je me le suis répété plusieurs fois. J’ai demandé confirmation, persuadée que j’avais mal entendu, que ça n’était qu’une mauvaise blague. Je n’avais aucune intention de le garder. Mais on ne m’en a pas donné le choix. Neuf mois plus tard, Eliott est né.

Je me suis installé dans l’appartement de James. C’était bien plus spacieux pour nous que ma petite chambre d’étudiant. J’ai obtenu mon diplôme, j’ai fait aller ma vie. J’étais complètement épuisée, aussi bien moralement que physiquement. James est rentré du travail, il a entendu les cris du gamin. Il m’a regardé, médusé. « Vas t’occuper d’Eliott, il chiale ! ». Je l’ai regardé, désabusé. « Putain, j’en ai marre d’entendre ce gosse. ». Je me suis levée et je suis partie sans réfléchir, d'une trombe. J’ai dormi pendant trois jours chez Marie, et puis je suis revenue. Les psychologues ont dit que c’était une dépression nerveuse suite à mon accouchement. Le baby-blues.

« I just wanted you to know that I never wanted you to go. »


Je suis restée avec James trois autres années. Pour le bien d’Eliott, contrainte et forcée de lui offrir l’amour que mes parents ne m’avaient jamais offert. J’ai appris à l’aimer, bien plus que ce que j’aimais son père. J’ai remonté la pente, j’ai planché sur un nouveau projet photographique. J’ai rencontré une femme, Jessie, londonienne d’origine, et elle est devenue ma muse. Mon égérie. Un soir de shooting un peu trop alcoolisé, nous avons franchi le pas. Nous avons tenté l’aventure d’un soir, je l’ai baisée, et je n’ai rien regretté. J’ai compris que j’avais besoin de liberté
« Tu l’as embrassée, cette femme ? ». Je n’ai pas répondu. Je pouvais sentir la colère et l’amertume dans sa voix. En trois ans, nous nous étions quitté quatre fois. Je l’ai trompé deux fois, il m’a trompé une fois, il s’est excusé et je l’ai encore trompé encore. Il n’y avait jamais fait très attention. Peut-être parce qu’auparavant, c’était des hommes. Jessie était une femme, et ça le rendait malade de jalousie. « Je ne sais plus quoi faire avec toi, Jules. Je crois que.. Je veux faire une pause. ». J’ai révélé ma tête et je l’ai fixée abasourdie. En une seconde, il venait de décider de notre avenir, comme si le destin était entre ses mains. « De toute façon, c’est moi qui part.Pardon ? ». Il avait l’air étonné, comme s’il ne s’attendait pas à un retournement de situation. J’ai continuée, fière. « J’ai postulé pour UCLA. Ils m’ont accepté. ». Je ne m’attendais pas à des applaudissements, ni à des félicitations. « T’es sérieuse là ? Il semblerait. ». J’avais ce ton froid habituel lorsque je parlais à James. Et ça l’agacait. C’était loin d’être le premier à se faire rembarrer d’une de ces histoires passionnelles tragiques et sans doute il y en aurait d’autres. Il n’a pas pu se résigner à accepter la situation et s’est approché de moi en haussant le ton. « Tu ne peux pas partir comme ça ! C’est mon fils !» A l’écoute de cette phrase, j’ai soupiré bruyamment avant d’attraper la valise posée sur le lit. Je suis allée chercher Eliott, il a saisi son sac à dos et je l’ai porté. Sans ne dire mot, nous nous sommes dirigés vers la sortie, et couper court à la conversation d’un claquement de porte.




Dernière édition par Jules D. Gainsbourg le Jeu 22 Déc - 20:53, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fraternities.forumperso.com/t656-jules-d-gainsbourg-il-pa http://fraternities.forumperso.com/t673-jules-gainsbourg-uc
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 1:09

bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Shaïneiz L. Ainsworth
S T U D E N T I am here to study normally

avatar

✎ BLABLA : 157

MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 10:03

Melaniiiie :**: Bienvenue parmi nous ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 10:29

Bienvenue ici :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Christel
LUCIFER ♪ Membre du staff.

avatar

✎ BLABLA : 448

MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 12:36

REBIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE :heart: Melanie un de ces bon choix :**:

_________________


★Lucifer
Donner un sens à ma vie, ça aurait été comme jouer la 5e symphonie de Beethoven avec les ongles sur un tableau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules D. Gainsbourg
P E R S O N N E L An adult in university

avatar

✎ DC : Elvis Niels Erichsen
✎ BLABLA : 44

MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 13:41

Carrément que Mélanie est un bon choix :bave:

Merciiii les petits poulpes pingu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fraternities.forumperso.com/t656-jules-d-gainsbourg-il-pa http://fraternities.forumperso.com/t673-jules-gainsbourg-uc
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 17:41

Bienvenue sur FRAT' ! Mélanie, excellent choix je dirais même :**:
Bonne chance pour ta fiche, et à bientot sur le forum :superman:
Revenir en haut Aller en bas
Lou E. Keller
LOUISON KELLERdouce petite folle du staff

avatar

✎ BLABLA : 229


MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Jeu 22 Déc - 18:34

Mélanie :heart: et le prénom coeur1

Re-bienvenue ! :=D:

_________________

It's easy to fall in love, but hard to find
someone who will catch you. Ryan ❤️


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fraternities-rpg.org/t269-lou-e-keller-let-me-be-your http://www.fraternities-rpg.org/t273-lou-keller-i-m-yours#1495
Santana H. Wildworth
SANTA BITCH ♛ membre du staff.

avatar

✎ BLABLA : 1328


MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   Sam 24 Déc - 11:07

han j'adore ton histoire & puis yeah une nouvelle professeure. :**:


Yeah,fiche validée!

❝ Level 1 cleared ❞

Bravo, je te souhaite la bienvenue sur le forum, j'espère que tu te plairas ici et qu'on te verras encore longtemps C:

Maintenant que tu as passé cette étape, voila un petit récapitulatif de ce que tu devrais faire en premier sur notre forum:

@ Remplir tous les champs de ton profil
@ Faire ta fiche de liens [ICI] et si tu veux, celle pour tes rp [ICI]
@ Te créer un Formspring [ICI]

Et nous t'invitons également à créer un compte facebook pour ton personnage puis à le recenser [ICI]

Tout en bas du forum, tu retrouveras une catégorie réservée exclusivement à ton groupe où tu pourras discuter avec tes camarades et participer à la mise en place de divers événements. Il y a aussi la chatbox où tu peux discuter avec les autres membres qui se feront un plaisir de répondre à tes questions et te mettre à l'aise si tu te sens un peu perdu(e). Si tu veux un rang spécial, n'hésite pas à faire une demande [ICI]

Voila! Évidemment, beaucoup d'autres choses sont en place sur le forum, alors s'il y a des éléments qui te sont encore inconnus, n'hésite surtout pas à demander de l'aide. Je te souhaite d'agréables moments de jeu sur FRATERNITIES!


© MISE EN PAGE PAR SPARKLING SKY

_________________



“That’s what I’m afraid of. Not being enough. Not good enough, not smart enough, not pretty enough”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jules D. Gainsbourg - Il parait que le bonheur est à portée de main.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Briket Jules Walter yo ap fè chimen.
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» La cuisine du bonheur
» La vie de Serge Gainsbourg
» Bonheur d'être grand-père

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fraternities :: Create Your Character :: Les Dossiers d'Inscription :: Dossiers Acceptés-
Sauter vers: