AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

HELL YEAAAHHHH
Bon, les enfants ont fini de jouer et ont été punis.
Bon retour sur votre forum ♥️

Boss

Partagez | 
 

 Tanya Mendes ♪ « What's my name ? »

Aller en bas 
AuteurMessage
Tanya Mendes
S T U D E N T I am here to study normally

avatar

✎ BLABLA : 160

MessageSujet: Tanya Mendes ♪ « What's my name ? »   Lun 19 Déc - 16:32




tanya mendes



Hello! Je me présente: tanya mendes. Je suis née le 8 septembre 1989 et je viens de New York, quelque part en Amérique, ce qui me fait aujourd'hui 22 ans. Côté coeur, je suis célibataire et attirée par les garçons. D'ailleurs, on dit de moi que je suis une personne plutôt hésitante et fragile de ce côté-ci. Pour en finir avec cette introduction, sachez que je fais partie d'aucune confrérie et que je suis un personnage inventé


dossier d'étudiant



TAILLE EN CM:POIDS EN KG:
ÉTUDES:ANNÉE:
MALADIE:JOB:
NIVEAU DE VIE:COMPLEXE:
STYLE (vestimentaire):POPULARITÉ: ★★★★★




Des soucis avec ta famille ?


Plus maintenant...

Ton caractère


Je ne suis pas méchante, ni violente, mais ce qu'on peut apprécier chez moi, c'est mon sens de l'humour. Il m'arrive de sortir des blagues vraiment ringardes comme hyper drôle. J'ai ce côté souriant que tout le monde apprécie. Et quand j'essaye de rester calme, on me reproche d'avoir quelque chose derrière la tête ou que je suis de mauvaise humeur. Je suis assez souriante et bien dans ma tête la plupart du temps, je prends la vie du bon côté si on veut. Je suis également ouverte aux autres, je m'intègre facilement dans un groupe et je ne suis pas timide. Puis quand il s'agit de dire les quatre vérités à quelqu'un ou de dire la vérité, je ne cherche pas midi à quatorze heures, je suis franche et directe jusqu'à être brutale.

Quand je suis énervée ou stressée, je suis très nerveuse. Je deviens agressive et odieuse. Ce ne me ressemble pas vraiment, mais disons que je me défoule quand je le peux. Parfois, quand j'en ai envie, j'ai besoin de contrôler quelque chose. Je dis assez souvent ce que certaines personnes doivent faire... Je veux toujours le dernier mot. Dans ces moments-là, je peux paraître vraiment autoritaire. Quand il s'agit de vouloir n'importe quoi, je suis obstinée. Je suis prête à tout pour avoir ce que je veux ou avoir raison. La plupart du temps, quand j'ai une opinion, je la maintiens coût que coût, même si je n'ai pas de raison pour le faire. Il m'arrive également de réagir sans réfléchir. Dans n'importe quelle situation, je fais preuve de spontanéité et je prends souvent des initiatives.



vous irl



pseudo: Kirana
âge: Je ne sais pas. :face:
fréquence de connexion: 7/7 *Geek*
où avez-vous trouvé le forum: Oh... Je suis une ancienne membre x)
avatar: Kristen Bell. :heart:
est-ce un multi-compte?: Non
commentaire: Vive moi. :waw:
code du règlement:
Spoiler:
 
Petit formulaire à remplir pour nous aider:
Code:
[color=red]❖[/color] Kristen Bell • Tanya Mendes





© MISE EN PAGE PAR [K]


Dernière édition par Tanya Mendes le Sam 21 Jan - 11:17, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanya Mendes
S T U D E N T I am here to study normally

avatar

✎ BLABLA : 160

MessageSujet: Re: Tanya Mendes ♪ « What's my name ? »   Lun 19 Déc - 16:35


ton histoire



Chapitre I - L'enfance

Tout commença le 8 septembre 1989, autrement dit ma naissance. Un jour banal et comme les autres à New York, quelque part en Amérique. Ce jour-là, la météo était assez mauvaise, il faisait gris et froid. Je n'ai jamais su vraiment, si j'étais voulue de la part de mes parents, mais je peux vous dire qu'ils avaient très peur de mon arrivée. Peur, parce qu'ils ne savaient pas réellement ce qu'un bébé pouvait changer dans la vie d'un jeune couple. Je dis jeune, parce que ma mère avait 20 ans et mon père 21 ans, lors de ma naissance. Ils se sont rencontrés parce qu'ils étaient dans le même lycée. Ils se sont tout de suite entendu, puis très vite aimés. Par la suite, ma mère tomba enceinte lors d'une soirée bien arrosée. C'est seulement au bout de trois semaines qu'elle s'en ai rendu compte. Ils ne me voyaient pas comme une erreur, mais comme une chance et ils ne le savaient pas encore, mais j'étais leur premier et dernier enfant. Une fois ma venue au monde ils ont pu le constater ; la venue d'un bébé change effectivement beaucoup de choses dans un couple. Alors, ma mère a arrêté ses études pour s'occuper de moi et mon père a dû également les arrêter également mais pour trouver un travail. Mon père n'a pas traîner pour en trouver un, puisque mon grand-père l'a de suite engagé dans son entreprise. Et ainsi, il a pu avoir un salaire convenable pour subvenir à nos besoins. Ils étaient peut-être jeunes, mais ils ont vite appris à être responsable et adulte. Après ça, tout c'est fait très vite ; ils ont emménagés ensemble, ils se sont mariés et ont su à peu près remonter la pente. Cela a était assez facile, parce que leurs parents ont étaient compréhensifs et les ont aidés. Ils eurent une vie aussi simple et basique qu'on pouvait espérer avoir. Je devenais une petite fille comblée. J'étais, sans me vanter, calme et agréable, ce qui arrangeait mes parents. Et cela a continué au fil des années, allant à une école primaire et public. Parmi cette école, j'étais une petite fille mignonne par les professeurs et une super copine par les gosses de cet âge. Bref, j'avais ce que je voulais, mais dieu seul savait ce qui m'attendais par la suite...

Chapitre II - L'adolescence

Vous savez ce que c'est quand on est adolescente ? C'est là où on se rebelle, là où on a les hormones qui travaillent et là où on s'imagine vraiment de tout et de n'importe quoi... Et bien voilà le genre d'ado que j'étais, mais en bien pire... J'étais la sale gosse qui sombrait dans la délinquance. Mais cela ne tenait rien qu'à moi, parce que du côté de mes parents, tout allait à merveille ! Pour ainsi dire, mon père succédait à l'entreprise de mon grand-père qui partait à la retraite devenant ainsi, l'un des plus grands et jeunes PDG de la région et pour ma mère, elle avait trouvé un emploi honnête dans une banque. J'avais des parents friqués, mais moi ce qui m'intéressait, c'était d'être la fille la plus populaire du collège. J'étais prête à tout pour avoir encore plus de respect de la part des autres. On me disait de voler un jeu vidéo, je le faisais. On me disait de braquer une personne âgée pour avoir son sac à main, je le faisais. Et cela finissait à chaque fois au commissariat. Et à chaque fois, je leurs disais : « Je m'en fous de ce que vous pouvez me dire, mes parents vont arriver dans pas longtemps de toute façon. ». Mes parents arrangeaient les bêtises que je faisais, en continu et pendant des années. De fil en aiguille, mon comportement construisait ma réputation et tout cela est survenu au sain de l'entreprise à mon père. Ça faisait de lui, un père indigne. Un père sans limites, incapable de s'occuper de sa fille etc.. 'Fin vous voyez le genre. Mon père a pensé à un moment à m'envoyer en pension, le temps de me calmer. Mais ma mère souffrait de l'éloignement. Malgré tout ce que je pouvais lui faire subir, elle m'aimait. De ce fait, je causais également des ennuis dans leur couple car ma mère commençait à prendre ma défense. Vers mes 13 ans, mon père en a eu marre. Il a alors commencé à me frapper, pour me faire comprendre mes actes. Et quand je dis "frapper", je pèse mes mots. Ca dépendait du moment ; des fois c'était de simples bonnes claques comme des fois, c'était des bon coups de poings. Il avait peur pour sa réputation, surtout. Quoiqu'il en avait plus vraiment. Il avait abandonner son entreprise en léguant la place au premier employé venu, il commençait boire et à devenir violent. Malgré les coups que je recevais toutes les semaines voir tous les jours de sa part, j'avais cette voix au fond de moi qui me disais de continuer. Et c'est ce que j'avais décidais de faire. Quelques années plus tard, j'étais lycéenne. Mais une des lycéenne les plus populaire du bahut. J'avais eu ce que je voulais depuis toujours, dans un sens. Je me souviens qu'un fameux soir, je voulais faire quelque chose de grand. C'est alors qu'avec trois amis, je me suis mise à taguer les murs du lycée : on avait réalisé un bel et grand tag dont nous étions si fière. Mais juste après ça, j'ai commencé à regretter ce que je venais de faire. Je pensais à ce que mon père allait me faire et, j'en ai eu peur. Je voulais fuguer pour ne pas l'affronter, mais c'est ma mère qui me préoccupait le plus, à cet instant. En effet, pendant ces derniers mois, elle a commencé à me défendre. Je n'étais pas du tout un ange, mais elle me défendais. Parce que j'étais sa fille, comme elle me disais. Donc elle se faisait frapper à ma place, sauf qu'elle, elle eu le courage de se plaindre et, de porter plainte. Elle a commencé à avouer tout ce qu'ils nous avaient fait ces dernières années et, elle profita du moment pour divorcer. Tout allait en sa faveur et mon père en pris alors pour trois ans de prison. Ma mère avait de la famille quelque part à Los Angeles, en Amérique. Une ville bien sympathique selon elle. Et, elle me proposa donc d'y aller pour y vivre une fois le divorce prononcé. C'était l'occasion de me ranger du bon côté et d'avoir une nouvelle vie... Une fois arrivées à Los Angeles près de notre famille, nous avons su nous faire une nouvelle vie. J'allais à un nouveau lycée, j'avais de nouveaux amis. Et ce changement de vie m'a permis également de changer ma vision des choses. L'envie de faire des conneries autour de moi, m'étais passée, si je peux dire. Et je me suis jurée à cet instant précis, que plus tard, j'aurais un boulot honnête et que je serais quelqu'un de bien. En ce qui concerne mes passions,j'ai toujours aimé le sport. En particulier, l’athlétisme. Il m'arrivait dans mon adolescence, de courir après les cours ou très tôt le dimanche. Mon père était soit au boulot, soit en train de regarder la télé ou de dormir. Quant à ma mère, elle ne faisait que m'encourager. « Cours bien, ma fille » en me souriant. Du coup, j'allais jusqu'au parc et là, je me défoulais. Je courais aussi longtemps que je pouvais. Sans avoir mon père sur le dos, pour me dire d'arrêter et pour me frapper. Quoiqu'il en soit, il n'était plus là à présent. Et ma mère, comme j'approchais la majorité, m'a conseillé de poursuivre mes études dans ce sport. Ce que j'ai fais, bien entendu.

Chapitre III - La majorité

Heureusement que j'avais ma mère à mes côtés. Elle qui m'a toujours soutenu et aidé dans les moments difficiles. A mes 18 ans j'étais mineure, mais je sortais du lycée. Tout allait pour le mieux pour moi, car la rentrée prochaine était très spéciale. Oui très spéciale, car je rentrais dans l'une des universités les plus cotées la régio : l'UCLA. Rien que pour m'y être rendue pour l'inscription, j'étais de plus en plus excitée. Je me souviens avoir dit à ma mère : « Man'. C'est là que je vais continuer mes études. Là, que je vais pouvoir montrer ce que je sais faire sur une piste. Merci ! ». C'est très touchant, je sais. Mais une fois le jour-j passé. Quelques mois plus tard. J'ai eu ma première histoire vraiment sérieuse : Mark. Actuellement, nous nous sommes perdus de vue, mais je m'en souviens encore de notre histoire. Depuis le lycée, nous avons tout fait ensemble. Il avait la même passion, l’athlétisme. Les soirées dans ce fameux parc me manquent tellement. Vous savez, c'était des soirées là où le ciel est de couleur rose-orange. Des amis auraient juste, regardaient un film bidon à s’empiffrer du pop-corn. Nous, non. C'était dans un parc, à courir comme des malades rien que pour le plaisir. C'est ces petits moments complices qui nous a rapprochés, tout les deux. Nous avons d'abord été amis. Puis les sentiments sont venus et le reste s'est fait. Mais hélas, du jour au lendemain, il a déménagé au Mexique pour une raison que j'ignore encore aujourd'hui. Je pensais que c'était sérieux entre nous, j'étais prête à passer à l'étape supérieure, même. Je n'ai jamais su si c'était à cause de moi, où ça venait de lui. Alors, nous avons dû poursuivre nos vie séparément. Aujourd'hui, je fais ma troisième année à l'UCLA. Ça ce passe pas trop mal. Ceux qui sont dans la catégorie "sport", sont comme des sportifs là-bas ce que j'apprécie. Mais la plupart sont des gars. Donc je dois me faire respecter. J'y arrive, j'y arrive. Je dois aussi me faire respecter face à des "poupées bien foutue", qui se la pètent. Pourquoi elle me provoquent ? Parce que, je suis différente d'eux. Mais il y a une chose que j'ai appris avec mon père... C'est de ne jamais lâcher les bras. Oh, je ne dis pas que je suis une victime, hein. Je rencontre, aussi, des personnes formidables. Concernant ma famille, tout est redevenu normal. Mais une chose est sur ; je ne suis pas prête de refaire confiance à un homme. Pour ce qui est de mon père, dieu seul sait ce qu'il est devenu...

© MISE EN PAGE PAR [K]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tanya Mendes ♪ « What's my name ? »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je ne m'attendais pas à te voir ! [pv Katarina]
» Matthieu Mendès
» ROSA MENDES LOCKER ROOM.
» tanya ♛ we light up the world
» Chapitre 1 - "Voici mon histoire". (ROSA MENDES REACTION #4)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fraternities :: Create Your Character :: Les Dossiers d'Inscription :: Dossiers Acceptés-
Sauter vers: